Plus jamais ça !

Le marché du transport public de personnes à titre onéreux est en pleine mutation.

En France, comme partout ailleurs dans le Monde, il ne se passe pas un jour sans que la révolution numérique mobile ne bouleverse la donne :

Les clients disposent désormais d’outils propriétaires pour localiser à proximité de leur lieu de prise en charge les chauffeurs disponibles qu’ils souhaitent solliciter directement pour être transportés.

De nouveaux standards de qualité dans l’exécution des prestations apparaissent associant l’ergonomie de l’internet mobile à l’exigence légitimement attendue d’un métier de services. Réactivité, transparence et excellence en sont les maitres-mots.

Ces nouveaux usages s’inscrivent dans le contexte de la civilisation urbaine du XXIe siècle, où le « tout automobile » n’a désormais plus sa place.

De nouveaux défis collectifs nous sont fixés où nous devons résoudre ensemble avec les pouvoirs publics des problématiques complexes d’ordre de :

–       performance économique dans des zones à forte densité urbaine, (décongestion du trafic, performance des déplacements)

–       mais aussi écologiques (limitation du CO2 rejeté dans l’atmosphère),

–       et de santé publique (limitation des émanations de particules fines de diesel déclarées cancérogènes par un récent rapport de l’OMS).

Tout ceci nous confirme dans l’idée qu’il y a de belles opportunités de croissance et d’emplois pour le métier de chauffeur en cette période de crise économique et de transition écologique (covoiturage).

Tout ceci nous confirme qu’il est inutile et contreproductif d’opposer une corporation à une autre, persuadés de la complémentarité de nos métiers.

Tout ceci nous confirme qu’il est devenu nécessaire d’informer nos clients que nous défendrons avant tout leurs intérêts en défendant nos professions dans un environnement concurrentiel que nous souhaitons contribuer à apaiser sans renoncer à en dénoncer publiquement les abus.

Il en va également de l’image de notre pays, où l’innovation, l’esprit d’entreprise et la responsabilité citoyenne doivent être conjugués avec une certaine idée du service.

C’est la raison pour laquelle, devant le choc provoqué par les débordements de quelques irresponsables lors de récentes manifestations, nous avons décidé de créer « l’Union Nationale des Chauffeurs Courtois ».

l’UNCC a pour objet de créer un espace d’échanges, d’écoute et de défense des intérêts économiques de nos entreprises dans le respect de chacun, de la diversité des acteurs du marché, de leurs contraintes réglementaires quelque soit leur statut professionnel, quelque soit leur métier du transport de personnes à titre onéreux.

Nous insisterons également sur l’exigence de qualité du comportement des femmes et des hommes membres de notre association comme pour ceux qui se destinent à exercer l’un de nos métiers ici ou là dans notre pays parmi les plus visités au Monde.

Si vous vous reconnaissez dans les valeurs que nous défendons, adhérez à notre association !

Car nous ne voulons plus revoir cela, ici à Paris et partout sur internet au delà de nos frontières :

 

Une réflexion sur “Plus jamais ça !

  1. Oui, Plus Jamais Cela, et pour mettre tout le monde d’accord là dessus, hier soir boulevard Saint Jacques à Paris, un de mes collègues (chauffeur détaché en longue durée sur un « patron »), s’est fait agressé par deux taxis alors qu’il attendait son client devant une société! Alors OUI, « plus jamais ça » (mais écrit en tout petit pour ne pas être la risée des chauffeurs de VTC (ex GR et non pas les nouveaux frais émoulu avec formation attrape nigaud et carte pro en poche). Moi même ancien taxi sur la capitale, je pourrais en raconter des histoires de taxi qui planquent leur « bidule » sur le toit dans le coffre, qui cache l’horodateur et le compteur et faisaient à l’époque de la petite remise, leur quartier général, une brasserie avenue Pierre 1er de Serbie pas loin de la rue de l’Etoile? alors que cesse cette mascarade de faire une guéguerre à la VTC, l’ennemie et le même pour nous tous, les taules dites de VTC qui n’emploient que des auto entrepreneurs et qui vendent les transferts Charly et ORY à 45 facture la loc des voitures aux pauvres bougres à 400€ mois (no comment).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s